Lionel Bord, compositeur 01.2019

Dans le cadre du 30e CONGRÈS NATIONAL DU COR, qui se déroulera au Conservatoire du Grand Besançon du 18 au 20 janvier 2019,  l’Association Française du Cor a commandé au compositeur Lionel Bord une création mondiale. Cette œuvre, pour deux cors solos et quatuor à cordes, se nomme « Divertimento ». 

découvrez la création mondiale de lionel bord en avant-première:
le
samedi 19 janvier 2019 dans l’Auditorium du Conservatoire de la Cité des Arts de Besançon (gratuit – sur réservation 03 81 87 87 00)

Lionel Bord, compositeur français

+ infos
BIOGRAPHIE de lionel Bord
rencontres nationales du cor – Besancon

interview de lionel bord

L’ Association Française du Cor vous a commandé une pièce pour la célébration de son 30ème congrès national. Pouvez-vous nous raconter la genèse du projet, éventuellement vos inspirations ?

Lorsque l’Association Française du Cor m’a proposé — par l’intermédiaire de Benoît de Barsony, son Président — d’écrire une nouvelle œuvre pour cor à l’occasion de cet anniversaire, j’ai immédiatement accepté. Sachant que le sextuor de Beethoven était également au programme, et que je voue pour ce compositeur une admiration sans borne, j’ai souhaité écrire une œuvre pour la même formation.

Je ne voulais pas écrire une pièce trop sérieuse pour un anniversaire. J’ai donc composé, dans l’esprit du Divertimento, plusieurs petits mouvements qui développent chacun une idée musicale très simple. Le traitement instrumental s’inspire des sonorités « historiques » du cor ; d’où l’usage de sons bouchés et ouverts en alternance, d’harmoniques naturellement basses ou même de « figures » empruntées aux sonneries de chasses par exemple. Je me suis amusé à détourner ces sonorités pour les réinterpréter à ma manière.

Vous avez dans votre catalogue un nombre important de pièces pour formations orchestrales mais aussi pour ensembles plus réduits. Vous avez notamment composé pour l’Ensemble intercontemporain une pièce qui s’intitule Folia dans laquelle il y a une cadence de cor périlleuse. Quelle est la place du cor dans vos compositions ?

Le cor a toujours occupé une place privilégiée dans mon œuvre. C’est du reste un instrument que j’ai découvert très jeune grâce à mon frère d’abord puis au contact d’amis cornistes avec qui je suis resté très proche. Je connais donc très bien l’instrument et j’en apprécie particulièrement le timbre changeant. C’est un véritable « caméléon » capable de s’adapter à tous les contextes et pouvant exprimer à lui seul beaucoup de choses. Ajoutez à cela l’incroyable ambitus* de sa tessiture et vous avez là l’instrument idéal !

Est-ce que vous avez des idées de créations futures qui vous tiendraient particulièrement à cœur ? Est-ce que vous imaginez composer un jour un opéra ou une symphonie ?

Comme tous les compositeurs, j’ai des projets pleins la tête. Je travaille actuellement sur un projet d’opéra mais il est encore trop tôt pour en parler. Écrire pour la voix constitue pour moi un vrai challenge et composer cet opéra serait une belle manière de m’y confronter.

* Dans le domaine de la musique, le mot ambitus du latin ambire signifiant « entourer » [aller à l’une et l’autre des extrémités] désigne l’« étendue d’une mélodie, d’une voix ou d’un instrument, entre sa note la plus grave et sa note la plus élevée ».

CONCERT
samedi 19.01.2019
Auditorium du Conservatoire

gratuit [sur réservation au 03 81 87 87 00]
20h30 – CRÉATION du Sextuor de Lionel BORD
avec le soutien de la Fondation Francis et Mica SALABERT
Artistes invités:

Benoît DE BARSONY, cor solo de l’Orchestre de Paris
et David GUERRIER, soliste international
Accompagnement: Quatuor Tetraktys


rencontres nationales du cor
du 18 au 20 janvier 2019
concerts / RENCONTRES / ATELIERS / EXPOSITIONS

invités: David GUERRIER, Benoît DE BARSONY, Jacques DELEPLANCQUE, Alexandre COLLARD, Jean-Philippe CHAVEY, Martial PROST et le Grand ensemble de Cors du CNSM de Lyon…

+ infos
rencontres nationales de cor – Besancon
ASSOCIATION FRANçaise du cor – Afc
FONDATION FRANCIS ET MICA SALABERT