Eric Scrève, directeur du CRR & chef d’orchestre

septembre 2019 # INTERVIEW ÉRIC SCRÈVE # Festival international de musique

La 72e édition du Festival de musique de Besançon marque également la fin de la résidence du compositeur Éric Tanguy.

Ses œuvres seront donc largement présentes dans la programmation, incluant la pièce « Sinfonietta » interprétée par le Jeune Orchestre Symphonique du Conservatoire du Grand Besançon Métropole, dirigé par Éric Scrève. 

Festival international de musique de besançon
CONCERT du Jeune orchestre symphonique du conservatoire
Jeudi 19 septembre 2019
18h30 – Grand Kursaal de Besançon
Accès libre –  sur réservation

INTERVIEW
d’Éric Scrève, directeur du Conservatoire,
dirige le Jeune Orchestre Symphonique


Le Jeune Orchestre Symphonique du Conservatoire du Grand Besançon Métropole c’est quoi exactement ?

Le Jeune Orchestre Symphonique [JOS] est un orchestre composé d’une soixantaine de jeunes musiciens (cordes, vents et percussions) qui  travaille le « grand répertoire symphonique », mais aussi des œuvres moins traditionnelles, de la musique contemporaine ou d’autres esthétiques. Ces élèves ont entre 16 et 22 ans et ont au minimum déjà comme bagage entre 8 et 10 années de pratiques instrumentales.

Quels sont les objectifs pédagogiques de ce type de formation ?

Il s’agit avant tout de mettre en œuvre collectivement  les techniques et savoir-faire instrumentaux acquis en cours individuels, d’apprendre ainsi à moduler et adapter leur propre jeu au son des autres ainsi qu’aux consignes du chef. Le but est de s’approprier collectivement ces chefs d’œuvre du patrimoine mais aussi d’apprendre à vivre et assumer la pratique artistique jusqu’à son aboutissement, sur scène, dans des conditions professionnelles et pour les publics. Participer au Festival de Besançon est pour ces jeunes musiciens une réelle opportunité d’immersion professionnelle et je remercie chaleureusement le Festival, son équipe et son directeur Jean-Michel Mathé de leur invitation et de la confiance qu’ils nous témoignent en acceptant de partager cette aventure.

Pourquoi est-il si important qu’il se produise sur scène ?

En sa qualité d’orchestre des « grands élèves du CRR », le JOS est bien entendu un emblème et une locomotive pour entraîner la quinzaine d’orchestres moins expérimentés que compte le CRR. Ambassadeur du Conservatoire sur le territoire, il témoigne concrètement que l’établissement s’adresse à un public toujours plus large, ouvert et résolument inscrit dans la société d’aujourd’hui.

Quel est le profil des élèves présents dans cet orchestre ?

Loin des clichés et idées reçues que nous nous acharnons à combattre pied à pied, les jeunes qui constituent cet orchestre sont des jeunes d’aujourd’hui. Ils écoutent du rap, pianotent sur leur smartphone (parfois même pendant les répétitions !) et sont connectés 100% à la vie d’aujourd’hui. Et ce sont eux, notamment, qui feront vivre la musique de demain.

Depuis quand le JOS travaille-t-il avec le Festival de musique ?

L’aventure partagée du CRR, du JOS et du Festival se construit autour du compositeur en résidence. Après Philippe HERSANT il y a deux ans, c’est aujourd’hui Eric TANGUY qui anime cette résidence. Tout comme Philippe, Eric est un compositeur emblématique, de tout premier plan qui écrit une musique authentique, sans concession.

en quoi est ce que cela rejoint les missions du conservatoire ?

Si notre mission consiste en la transmission d’un patrimoine historique, elle nous confère également un rôle dans la construction du patrimoine de demain et tout particulièrement dans la création contemporaine. Les élèves, les apprenants d’aujourd’hui sont en effet à la fois les acteurs et les auditeurs du spectacle vivant et de la création de demain. Et on sait à quel point la transmission du patrimoine historique a besoin d’être perpétuellement interrogée, vivifiée par la création, la confrontation des esthétiques et des conceptions artistiques.

Quelles œuvres avez-vous travaillé pour ce concert ?

Au sein d’un catalogue très riche mais aussi parfois très difficile, c’est autour de la Sinfonietta d’Éric TANGUY que nous avons décidé d’organiser ce rapprochement, cette rencontre et cette aventure ; tout en la mettant en regard d’extraits des suites de Carmen de Georges BIZET, un autre chef d’œuvre de la musique française.

Comment les élèves sont-ils préparés à un tel évènement ?

En tant qu’apprentis artistes, les étudiants se préparent cette échéance comme les musiciens professionnels, en y passant juste un peu plus de temps et en étant davantage encadrés. Le travail est tout d’abord individuel, puis très rapidement semi collectif (en groupe par familles d’instruments) lors de répétitions dites partielles, encadrées par des professeurs que je remercie pour leur précieux concours. C’est là que les derniers détails techniques se règlent, mais également que l’homogénéité commence à se construire. En effet, l’enjeu est de faire de cette addition d’individualités un son et surtout un message unique, structurés et cohérents, qui soit porteur de sensations et d’émotions. Nous finalisons avec les répétitions en Tutti (tout l’orchestre), avec le chef !

Comment se prolonge le travail musical ?

Il y a cette opportunité exceptionnelle dans le cadre de ce partenariat de rencontrer plusieurs fois le compositeur. Celui-ci précise alors son intention, guide le travail, explicite ses choix, son message ou ce qu’il souhaite évoquer à travers sa partition.

Si ces rencontres sont précieuses, riches d’enseignement, elles sont aussi l’occasion de démystifier la création et de montrer que les compositeurs ne sont ni tous morts, ni des êtres bizarres, exceptionnels ou dotés de capacités réservées à certains.

Les compositeurs, comme les artistes en général, ou encore les musiciens ou les élèves de conservatoire, sont d’abord et avant tout des gens passionnés, qui travaillent pour maîtriser des techniques afin de toujours mieux partager et communiquer ce qu’ils ressentent avec leurs congénères, au-delà des étiquettes et des clichés ou des idées simplistes, réductrices ou préfabriquées.

crédit photographique: Jack Varlet


Venez découvrir Sinfonietta, une œuvre dEric Tanguy, interprétée par le Jeune Orchestre Symphonique du Conservatoire !

Jeudi 19 septembre 2019
18h30 – Grand Kursaal de Besançon
Accès libre –  sur réservation


+ INFOS:
CONCERT Jeune Orchestre Symphonique du Conservatoire Festival de musique de Besançon
INTERView jean-michel mathé
BIOGRAPHIE ERIC TANGUY

FESTIVAL INTERNATIONAL DE MUSIQUE
Besançon Franche-Comté
Du 6 au 21 septembre 2019

Découvrez le PROGRAMME !