envolée dans les Balkans

KALARASH – groupe musical bisontin – aborde avec les élèves du Conservatoire le répertoire des musiques de l’Est, musiques traditionnelles reposant sur la transmission orale. 

 

DISCUSSION autour du projet
« Envolée dans les Balkans »

entre
Agathe Llorca, violoniste du groupe Kalarash
Agnès Kaïtasov, enseignante de violon au CRR

1ère partie

Questions d’Agnès
 
[CRR] > Réponses d’Agathe [Kalarash]

Agathe comment se fait-il que tu te sois spécialisée dans ce style de musique ?
Je suis violoniste depuis mon enfance et j’ai moi-même été élève au Conservatoire à Besançon ! Mon parcours et mes voyages m’ont ensuite emmenée vers d’autres styles musicaux, pour finalement trouver un intérêt tout particulier dans la musique des Balkans. J’avais toujours eu une attirance pour ces musiques grâce aux films de Gatlif, Kusturica sur les Tziganes qui ont rendu ces musiques populaires.

Depuis quand le groupe Kalarash existe-t-il ?
Et bien j’ai rencontré David, fraîchement débarqué a Besançon avec son cymbalum il y a maintenant 8 ans. Les choses se sont vite concrétisées. Avec Érik, on a créé le groupe Kalarash. On explore la musique klezmer, roumaine et plus récemment grecque. C’est vraiment passionnant, plus besoin de voyager ! On le fait grâce a la musique ! Vincent le clarinettiste est arrivé plus tard dans le groupe.

Que penses-tu de cette expérience avec les élèves ?
Ta proposition nous a tout de suite plu. Revenir au Conservatoire et transmettre aux élèves ces musiques par l’apprentissage oral: quelle chance ! C’est une expérience unique! C’est très enrichissant pour tout le monde, je crois, pour David et moi en tant qu’intervenants, et pour les élèves qui découvrent des musiques exotiques… sans parler d’un style d’apprentissage sans partition auquel ils ne sont pas habitués.

2e partie
Questions d’Agathe [Kalarash] > Réponses d’Agnès [CRR]

Pourquoi avoir fait appel au groupe Kalarash ?
J’ai rencontré votre groupe Kalarash il y a environ deux ans au gré de concerts et autres bals! J’ai tout de suite  été conquise par votre énergie. Vous êtes  passionnés, connaissez plein de choses , c’est des musiques très vivantes et humainement le courant est tout de suite bien passé ! Je travaille depuis plusieurs années avec l’ECS1 avec beaucoup de plaisir et avais envie d’une aventure particulière pour eux et pour moi et le partager avec des collègues (Anaïs Bodart, Brigitte Bassenne et Étienne Demange) motivés par ce challenge !

Pourquoi cet intérêt pour la musique des Balkans ?
Les musiques des Balkans me relient à mes origines puisque mon père est bulgare.Étant allée de nombreuses fois dans ce pays j’y ressens un amour fort pour ses paysages,  atmosphères, ses couleurs,culture et … ses musiques ! Je suis ravie de voir que les élèves sont heureux de découvrir et jouer ces airs et moi de rentrer aussi un peu au coeur du sujet en tant que musicienne. Merci !

Comment s’est déroulé ce projet ?
Agathe et David ont choisi les pièces klezmer, roumaines et grecques, nous avons vérifié que c’était jouable pour les élèves. Ils ont fait un gros travail d’arrangement,et sont venus dans les cours pour transmettre aux élèves, tous à l’oreille! Agathe a fait un travail sur les mélodies et ornements, David s’occupait plus de la partie rythmique et harmonique. Nous, les professeurs avons assuré le « service après-vente »  entre leurs interventions, il y a eu une belle communication humaine et dans le travail. Nous avons fait deux grosses sessions de 4 heures pour réunir les deux ensembles, avec quelques papillotes et galettes bien méritées aux pauses ! Je suis aussi contente que ce projet permette aux différentes générations de se rencontrer en musique !

Je suis fière et impressionnée de l’évolution des élèves, il nous reste encore quelques jours avant le concert,  mais d’ores et déjà on peut dire que cette expérience entre octobre et février est vraiment très riche pour tout le monde!

CONCERT « Envolée dans les Balkans »
dimanche 3 février 2019 [18h]
Auditorium [CRR] – gratuit [sur réservation]

 

Témoignages des élèves par rapport à l’intervention de Kalarash et la transmission orale de la musique

 

AMANDA [violoncelle]
C’est cool de découvrir un autre répertoire. Quand on joue, ça donne envie de se lever et de danser en même temps! C’est vraiment des musiciens géniaux et ils sont gentils.  C’est génial de nous faire partager cela!

JIHAN [violon]
Ça change d’apprendre par coeur. Si on apprend directement par coeur, ça rentre mieux dans la tête.  Et sans les pupitres, on voit mieux les autres, on se connecte mieux entre nous.

AXELLE [violoncelle]
J’aime bien apprendre par coeur, je suis plus impliquée dans la musique ! J’aime bien ce projet… c’est comme un voyage musical. Sans partitions, on est plus ouvert, on va plus simplement se récupérer.

ANNA [violoncelle]
Je crois que ce sont des musiques joyeuses.  C’est gentil à Kalarash de se déplacer pour nous apprendre leur style musical. Je me mélange encore un peu dans les morceaux !

SOUKAINA [violon]
J’aime bien, car ça change du classique… c’est plus original.

SARAH [violon]
Ça me stresse de pas avoir les partitions devant moi;  mais d’un côté c’est plus facile car il y a des rythmes qu’on ne connaît pas et ils nous les transmettent directement.

AMJAHD [violoncelle]
Je trouve que ce sont des musiques plus vives.

LOUISE [violon]
C’est surprenant et ça change. C’est vraiment entraînant !

JULIEN [alto]
Il y a des modes et des rythmes nouveaux, des trilles des ornements.

PAUL ELIE  [violon]
On sent que les Kalarash sont bien ancrés dans ces cultures. Ça nous libère de jouer sans partitions.Ça libère aussi de la place dans l’orchestre. Sans les pupitres, on voit mieux les autres. Et apprendre directement à l’oreille, ça fait une étape intermédiaire en moins.

ADRIEN [violon]
C’est bien , il y a des musiques qui viennent d’autres pays,on peut apprendre d’autres choses.Le par coeur, je ne suis pas habitué, c’est nouveau, c’est gênant »

QUENTIN [violon]
Ça améliore l’écoute.

CAMILLE [violon]
Sans partition c’est bizarre, on est à deux semaines du concert, je bugge encore sur des trucs, donc ça met la pression !

SARAH [violon]
Je trouve ça mieux sans partition !

BAPTISTE [violon]
C’est compliqué, car dès qu’on apprend un morceau après on part sur un autre, mais ça améliore l’écoute.

ELODIE [violoncelle]
Sans partition, c’est difficile, stressant, mais c’est bien de découvrir de nouveaux répertoires.

CHARLES [clarinette]
Je suis content de découvrir le style klezmer. J’ai découvert un nouveau mode d’apprentissage de mémoire sans aucune partition. C’est assez compliqué mais ça pourra m’aider pour mes apprentissages futurs.

28.01.2019 // salle berlioz – CRR
SÉANCE DE TRAVAIL de l’orchestre À cordes dirigÉ par AgnÈs Kaïtasov avec les membres du groupe kalarash